Conférence de presse. Lundi 9 novembre 2020, le nouveau projet de réhabilitation du site de Meaux a été présenté par la direction du Grand Hôpital de l’Est Francilien (GHEF) et le Maire de Meaux, Jean-François Copé. Après cinq années de travail, le projet d’un nouvel hôpital pour Meaux commence à prendre forme. Entre ville et paysage naturel. Le projet de AIA Architectes a été choisi lors d’un concours qui a regroupé 19 candidats. Pour cette sélection, les critères qualitatifs scrutés ont mis en avant un projet fonctionnel, technique, urbain et en relation avec le paysage extérieur.

L’optimisation. Pour un coût total de 170 millions d’euros, la réhabilitation du site de Meaux aura de nouveaux moyens. Un nouveau bâtiment sera construit avec pour vocation la médicotechnique et l’hospitalisation, le bâtiment B sera rénové et un parc de stationnement de 500 places sera aménagé pour le confort des patients (une fluidité routière positive sur le quartier sera observée) . L’objectif est de disposer de bâtiments fonctionnels et conformes, qui ne deviendront donc pas obsolètes quelques mois plus tard. Une manière d’agir contre le désert médical en Seine-et-Marne.

Ce nouveau site a trois objectifs : assurer un meilleur accueil et confort aux patients, rendre l’hôpital plus attractif face à l’arrivée de nouveaux praticiens et améliorer les conditions de travail du personnel.

Aziz Benyoussef, Vice-Président de la Commission médicale d’établissement, est au micro de Crazy Radio

Le respect des plannings. Lors de la réunion, Jean-François Copé a indiqué que les délais seraient respectés et que le chantier ne devrait pas avoir « une journée de retard« . Les travaux devraient donc débuter en mai 2022 pour un rendu final en août 2024, même si le bâtiment B sera complètement rénové en 2025. Pour le confort des patients, le service psychiatrique sera désaffecté dans ce nouveau bâtiment au deuxième étage.

Un hôpital réactif. Afin de remédier aux problématiques actuelles, les architectes qui ont pensé ce projet, l’ont réfléchit de manière à faire face aux crises sanitaires. Leur premier but était de le rendre vivant (avec un équipement prêt pour les jours à venir), le deuxième point est de le rendre efficient (en hiérarchisant les flux, la prise en charge du patient est optimale). Et puis surtout d’en faire un site résilient, avec notamment un parking souterrain de 125 places pour doubler la capacité d’accueil en cas de plan blanc et la reconversion de salles de réunion en centre de dépistage en cas d’épidémie. Un hôtel pour accueillir les soignants est également envisagé.

Un site intelligent. Afin d’améliorer la qualité de vie des patients et du personnel, plus de 500 arbres seront plantés autour de l’hôpital et des grandes fenêtres seront aménagées dans le nouveau bâtiment pour aéré le quotidien des soignants (des nichoirs à oiseaux seront aussi installés). Si aujourd’hui, la durée de temps d’hospitalisation est en baisse comme nous l’explique Jean-Christophe Phelep, directeur du GHEF, cette nouvelle structure permettra d’augmenter la capacité de l’hôpital, qui ne peut pas aujourd’hui, faire face à tous les enjeux actuels sans subir de rénovation ou de construction.

A noter que ce nouveau bâtiment disposera de 461 lits d’hospitalisation et de neuf blocs opératoires, un total de 625 lits en incluant les bâtiments B et C, ce qui correspond à la suppression de 35 à 40 lits sur le site de Meaux. Début des travaux en mai 2022.