Nord Seine-et-Marne : Menacée de mort, Patricia Lemoine porte plainte

Messages, agressions physiques et insultes… Depuis plusieurs années, les élus sont les cibles d’attaques récurrentes.

Dans la nuit du mardi 18 au mercredi 19 janvier 2022, Patricia Lemoine, Députée de la 5ème circonscription de Seine-et-Marne, a reçu, comme certains de ces collègues de l’Assemblée Nationale, des menaces de mort. Témoignage.

« Je vais te mettre une balle, je vais te buter… C’est violent ! »

Quelques jours après avoir voté le pass vaccinal, Patricia Lemoine ouvre sa boîte mail (Assemblée Nationale) pour découvrir deux mails d’intimidations. « Deux mails violents dans les propos et dans les intentions… Evidemment, quand vous ouvrez votre boîte mail et que vous découvrez deux messages de cette violence là, vous êtes désarçonnés. » confie l’élue.

Patricia Lemoine, Députée de la 5ème circonscription de Seine-et-Marne, est au micro de Crazy Radio

Comment a réagit Patricia Lemoine ? Comme beaucoup d’autres députés, l’élue a immédiatement contacter la cellule de l’Assemblée Nationale, mise en place par Richard Ferrand. « Comme d’autres députés ont été menacés, il y a une cellule qui s’est mise en place au niveau de l’Assemblée Nationale. Une cellule psychologique et une cellule d’aide pour accompagner les députés qui selon leurs sensibilités peuvent être affectés. » Quand les députés portent plainte, la cellule de l’Assemblée Nationale se porte partie civile.

Pour Patricia Lemoine qui prône l’échange et la démocratie… Ces menaces doivent être sanctionnés. « J’ai décidé de porter plainte parce que je ne veux pas qu’on banalise ces menaces et que ça devienne normal qu’on puisse menacer un maire, un Président d’agglomération, un Conseiller Départemental, un Conseiller Régional, un député ou un sénateur… Ce n’est pas admissible. On peut avoir des points de désaccords, on peut avoir un échange vif, mais en aucun cas, on doit vous menacer de mort. » Mère de famille, la Députée de la 5ème circonscription a choisit de libérer la parole en portant plainte à la gendarmerie de Coulommiers. « La procédure suit son cours et j’ai décidé de le faire savoir publiquement, pour que les citoyens prennent aussi conscience que l’activité d’élu, n’est pas un long fleuve tranquille, contrairement à ce que certains pourraient croire. » nous confie l’élue.

En vous engageant politiquement, avez-vous déjà imaginé de vous retrouver dans cette situation ? « Je n’avais pas imaginé un seul instant que je puisse moi-même en arriver à cette situation, d’autant que dans mon quotidien, les personnes qui me connaissent bien, savent que je suis plutôt très consensuelle. » précise Patricia Lemoine.

@Patricia Lemoine