Impossible de décrire ce sentiment d’euphorie intense que j’ai ressenti quand, suite à l’importante croissance de la crise sanitaire actuelle… J Balvin, de son vrai nom José Álvaro Osorio Balvín, a annoncé la sortie avancée de son album Colores, pour apporter de la joie aux gens dans cette période compliquée pour l’humanité. Loin de déplaire aux fans qui étaient déjà conquis par les 3 premiers singles de l’album : Blanco, Morado et Rojo.

J Balvin, @El Nacional

Le 20 mars 2020, Colores est livré au monde et on en attendait pas moins de José. Chaque chanson porte le nom d’une couleur de l’arc en ciel, mais ne tombez pas dans l’image enfantine de l’arc en ciel… Cette thématique symbolise la versatilité de l’artiste à savoir créer différents styles.

Colores de J Balvin, @Pitchfork

Amarillo ouvre le bal, avec un sample de la trompette du titre culte qu’est Angela de Saian Supa Crew (vous savez, Angelaaaa). Une ambiance estivale avec un rythme qui fait hocher la tête quasiment instantanément. On glisse ensuite vers des balades avec Rojo et Rosa, puis c’est sur Verde que J Balvin, en featuring avec Sky Rompiendo, prouve à nouveau ses qualités de freestyler sur un rythme plus dancehall. Alors que Blanco et Morado correspondent parfaitement aux hits reggaeton que l’on passe en boucle à la radio, Azul et Gris sont les deux sons très made in Medellín de l’album.

Sky Rompiendo, @Insomniac

Enfin, la pièce maitresse de Colores, Arcoíris (arc en ciel en espagnol), en collaboration avec G Eazi (que l’on avait déjà vu sur l’EP Oasis avec Bad Bunny, UN BIJOU par ailleurs) : un titre avec beaucoup d’influences afro-caribéennes et un refrain qui entre vite en tête baílame al revés (fais-moi danser à l’envers). La chanson se termine sur un extrait de Chan Chan de Buena Vista Social Club joué en arrière-plan, un son cubain accompagné de guitare qui donne un air de vacance au soleil.

Mr Eazi, @Africa Top Success

Pas un seul faux pas sur cet album, un gros 10/10. Cet album est une pépite, presque trop court à mon goût. Amarillo, Verde et Gris sont de gros coups de cœur, même s’il est très difficile de faire un top 3. On apprécie les références à des titres plus anciens, comme le petit clin d’œil à la Macarena dans Negro, où J Balvin a inséré la fameuse ligne dale a tu cuerpo alegria macarena dans un couplet (oui c’est ça les vraies paroles de la Macarena).

Aucun doute là-dessus, Colores sera un des albums de l’été, même s’il est sorti en mars 2020. Imaginez seulement… conduire les fenêtres ouvertes, les cheveux dans le vent avec Gris à fond dans les enceintes de votre petite Ford Fiesta : une image idyllique, je sais. En tout cas, on attend avec impatience les dates de tournée pour aller se déhancher en fosse.

Gracias José, encore une pépite, on en attendait pas moins de toi.